OUVERTURE DU DOMAINE SKIABLE : TOUSSAINT [26 octobre - 4 novembre 2018] HIVER [1 décembre 2018 – 27 avril 2019]

Info accès routier

 

 

[INFO ACCES ROUTIER]

INFOS ROUTE EN LIVE DONNEES PAR ITINISERE A SUIVRE ICI 

 

 
TRÈS BONNE ROUTE... SOYEZ PRUDENTS !

Mathew Hegarty nous raconte son aventure Top Chef

Retour à la liste

Mathew, c’est l’un des candidats les plus apprécié du public dans cette édition de Top Chef, si l’on en croit les tweets écrits à son sujet.

 Le genre de personne positive et accessible qu’on a l’impression de connaître depuis des années, qui pourrait même faire partie de nos potes. Quant à son accent, je ne m’étalerais pas sur le sujet, les tweets ci-dessous sont suffisamment explicites...

tweets Math

tweets Math 2

 

Et un petit bonus, cachez les yeux des enfants, merci ! 

 

tweet 12

 

Cet accent, c’est parce que Mathew est Australien. Il a 30 ans. Il vit aux 2 Alpes depuis plusieurs années, où il est Chef étoilé des restaurants de l’hôtel Le Chalet Mounier. Oui, parce qu’il n’est pas seulement sympa, il est très talentueux aussi...


Donc, Mathew a accepté de nous recevoir dans sa cuisine, où il passe 17h par jour, pour nous parler de son aventure en tant que candidat dans l’émission Top Chef.

Math Hegarty Franca Grassia 5

 

On a aussi profité de cette interview pour essayer d’en apprendre d’avantage sur son parcours et sa personnalité.

Amandine : Comment vous retrouvez-vous candidat dans le concours Top Chef ? La prod d’M6 est venue vous chercher ou c’était une démarche de votre part?

Mathew : Nous avions posé notre candidature avec l’ancien Chef du resto le P’tit Polyte (restaurant étoilé dans lequel Mathew est Chef, ndlr), il y a quelques années. A cette époque moi j’étais encore sous-chef, et nous n’avions pas été sélectionnés. M6 m’a recontacté cette année. J’ai d’abord refusé car j’avais trop de travail pour me libérer 2 mois ½ pour le tournage. Mais comme ça avait lieu hors-saison, en octobre (pour nous qui sommes en station de ski) et que toute l’équipe de l’hôtel / restaurant m’encourageait, j’ai finalement accepté les avances d’M6.

 

A : Pensez-vous que vous avez bien fait d’accepter? Qu’est-ce que ce concours vous a apporté, vous qui êtes déjà un Chef accompli, étoilé ?

M : Cette expérience Top Chef m’a apporté énormément. Je ne regrette rien.
Au niveau de ma cuisine, ce concours m’a fait progresser très vite.
J’ai aussi redécouvert le plaisir de travailler des produits simples et les végétaux. Pas uniquement les légumes mais les herbes, les plantes, les feuilles.
Puis au niveau humain c’était génial pour moi parce qu’avec les autres candidats on étaient tous sur un pied d’égalité. Ici, aux 2 Alpes, je suis chef, les 12 personnes de ma brigade je les aime beaucoup et elles ont à peu près le même âge que moi, mais il y a quand même un rapport hiérarchique, quoi qu’il arrive.
Avec les autres candidats de Top Chef, je me suis éclaté! On a vécu des moments très forts ensemble. Ça crée des liens.

 

A : Justement, en parlant de liens, avez-vous gardé le contact avec certains candidats? De quels concurrents êtes-vous le plus proche ? Et le moins proche ?

M : Oui bien sûr on est toujours en contact!
Il y a 2 personnes de qui je suis encore très proche aujourd’hui.
Justine (qui était dans ma brigade) et Thibaut (de la brigade d’Hélène Darroze). Ils ont tous les deux beaucoup de cœur, je les aime beaucoup. Justine veut ouvrir son resto avec son papa je trouve que c’est une idée géniale. Thibaut, le super beau gosse qui habite en Guadeloupe, c’est mon pote. Il est loin... et je ne parle pas qu’au niveau géographique! (rires) Mais il est top. Tous les 3 on s’envoie des sms toute la journée, ça n’arrête pas de sonner ! Après chaque émission on se taquine. On a ce lien en commun qui nous rapproche.
Jérémy, le Belge éliminé en 2è semaine, aussi est sympa. Et Camille (de la brigade Etchebest) est vraiment un mec cool !
Sinon honnêtement il n’y a personne que j’ai trouvé vraiment désagréable ou insupportable. Victor est peut-être le mec avec qui j’avais le moins de points communs mais voilà, ça ne va pas plus loin.

 

A : Que pensez-vous de Michel Sarran, Philippe Etchebest, Hélène Darroze et Jean-François Piège ? Les chefs et juges des 3 différentes brigades du concours ? 

M : Comme je l’ai dit dans l’émission, j’espère qu’ils ne le couperont pas au montage: Sarran c’est mon papa, Darroze ma maman et Etchebest le grand frère « casse-couilles ». Au début je voulais être dans son équipe car il m’avait envoyé un mot pour me féliciter pour mon étoile (Mathew et sa brigade ont 1 étoile au guide Michelin, ndlr), j’avais donc une petite préférence. En réalité, il est tellement exigeant et pointilleux, qu’au bout d’1 heure avec lui je ne voulais plus être dans sa brigade (rires). C’est un mec super mais finalement un peu too much pour moi. Michel Sarran, lui, me fait énormément penser à mon papa. Sincèrement, il est adorable, attentif et gentil. Très doux, c’est fou !
A : Quand vous dites ça on dirait que vous avez envie de lui faire un câlin, c’est touchant.
M : Mais c’est exactement ça, on s’est fait des câlins et on a pleuré ensemble avec le Chef Sarran pendant l’aventure !
La Chef Hélène Darroze a un caractère assez fort mais elle est gentille et très sincère. Elle est super.
Jean-François Piège on ne le côtoie pas vraiment pendant l’émission, il est là pour nous juger. Je ne le connais pas finalement.

 

A : Par quel grand Chef rêviez-vous d’être jugé dans le concours Top Chef ? (sans nous dire si ça s’est réalisé bien sûr).

M : Franchement la prod de Top Chef a fait très fort d’entrée avec Christian Le Squer.
Mais se faire juger par un chef 3 étoiles c’est à double tranchant. C’est un honneur mais il peut aussi te tailler en 2 et là c’est dur pour la confiance en soi.
D’ailleurs dans le teaser de l’émission, on voit qu’il va y avoir une épreuve avec 100 MOF (Meilleurs Ouvriers de France). Imaginez: Etchebest x 100! (rires). Aussi exigeants, durs et strict que lui. Je ne vous dis pas si moi personnellement j’y ai participé, ça vous le verrez sur M6, mais pour les candidats c’était l’angoisse.
Très honnêtement, je préfère être jugé par mon papa que par n’importe quel Chef ! Il sait ce que j’ai donné pour en arriver là, par quoi je suis passé. Il a mangé au P’tit Polyte une fois. C’est la personne la plus importante pour qui j’ai eu à cuisinier de toute ma vie. Il y a pleins de Chefs que j’aime et que je respecte beaucoup mais leur avis ne sera jamais aussi important à mes yeux que celui de mon père. C’est mon meilleur ami, on est très proches.

A : J’imagine qu’il est en Australie, comme toute votre famille. Est-ce qu’ils peuvent suivre l’émission? 

M : Ils ont trouvé un site internet pour voir les émissions en replay. Ils sont super heureux de suivre mes aventures à la télé et ils m’encouragent chaque semaine.

 

A : Et vous, vous vous regardez ? Comment vous trouvez-vous à l’écran ?

M : Je me regarde et je me trouve… Horrible ! Déjà entendre ma voix c’est très bizarre, je ne pensais pas avoir un accent aussi prononcé, je parle mal Français. Et me voir, je déteste ça ! Je ne suis pas quelqu’un qui passe du temps devant son miroir pour travailler son image alors quand je regarde les émissions ça me met mal à l’aise. Des fois j’ai une gueule, laisse tomber… c’est flippant (rires).
A : Non là je suis obligée d’intervenir, vous parlez vraiment très bien français !
M : Vous voulez pas venir travailler en cuisine avec moi si vous me comprenez ?
A : Avec plaisir mais je ne vous garantis pas que vous conserviez votre étoile par contre… J’avoue que parfois quand on regarde vos interviews vous avez l’air au bout du rouleau. Pas seulement vous, c’est pareil pour tous les candidats. Comment ça se fait, la prod fait les interviews à 3h du mat ?
M : Ils nous font faire les interviews après les épreuves, souvent après minuit, donc on est fatigués. Et les interviews durent longtemps pour quelques dizaines de secondes diffusées.
Résultat, on est moches. Et parfois, on dit n’importe quoi (rires).

 

A : C’est vrai qu’en regardant l’émission on ne se rend pas compte de tout ce qu’implique un tournage. Comment ça se passe ? 

M : Il y a 2 ou 3 jours de tournage pour chaque épisode. On tourne 1 ou 2 épreuves maxi sur une journée, ça dépend des trajets et de la durée des épreuves. Entre les réglages des lumières, les plans caméras refaits plusieurs fois, les discours des Chefs et du présentateur Stéphane Rotenberg, ça prend du temps. Les tournages c’est tous les jours sauf le dimanche.
Les gens ne s’en doutent pas mais on est très drivés. On garde nos micros non-stop à partir du moment où on arrive sur le plateau, même quand ils ne nous filment pas, parce qu’ils écoutent qu’on ne se parle pas entre nous et qu’on ne communique pas avec quelqu’un de l’extérieur. Ils nous prennent nos téléphones aussi.
A : Mais pourquoi ?
M : Pour éviter les tricheries entre candidats et qu’on donne des infos à des gens de l’extérieur. Des journalistes essaient régulièrement d’avoir des infos en avant-première, la prod est obligée d’être très stricte pour éviter les fuites.
Il y a aussi 2 personnes qui s’occupent de nous, comme des nounous en fait, on les surnomme « maman » et « mamie ». Elles sont très gentilles. Par contre, être obligé de demander à maman pour aller aux toilettes à 30 ans, c’est très étrange quand même...

 

Pour conclure sur cette interview de Mathew : si vous avez l’impression qu’il est sympa quand vous le voyez à l’écran, sachez qu’il l’est encore plus dans la « vraie » vie. La preuve, il nous a proposé une soirée « sapins - cèpes – génépi » ! Si ça ce n’est pas la preuve ultime que ce mec est cool! ;) 

 

Nous avions l’objectif d’en apprendre plus sur lui, c’est chose faite ! Mathew a un parcours et une personnalité hors du commun, que vous pouvez découvrir dans la suite des aventures de Mathew au pays des Frenchies :) 

On a aussi eu la chance de pouvoir le filmer dans sa cuisine avec toute sa brigade. Voici une preview de la vidéo en attendant le montage final !

Quant aux sceptiques qui se disent qu’en vrai Mathew a sûrement pleins de défauts... on ne va pas vous mentir, on en a peut-être trouvé 1 ou 2, mais honnêtement ce mec est définitivement trop gentil pour qu’on ait envie de balancer quoi que ce soit. Désolés. Traitez-nous de mauviettes si vous voulez… mais c’est non !

 

Mathew si tu nous lis, toute la station des 2 Alpes te soutient à fond ! 

On croise fort les doigts, les bras et les jambes pour que tu ailles le plus loin possible dans le concours Top Chef car tu le vaux bien :)
#TeamMathew

 

 

Texte et propos recueillis par : Amandine Le Roux.
Crédits photos : Amandine Le Roux et Franca Grassia. 

 

Ou avec vos identifiants 2 Alpes